Vos compulsions alimentaires rythment votre quotidien.

Il y a comme une force supérieure qui vous oblige à manger jusqu’à l’explosion.

Vous vous dites certainement que vous avez un problème, que c’est passager.

Que demain ça ira mieux. Qu’avec ce nouveau boulot, conjoint ou appartement vous aurez moins le temps de craquer. 

Que votre vie est parfaite à l’exception de ces crises de boulimie. Qu’en reprenant le sport, la discipline d’une vie saine et un peu de volonté il n’y a après tout pas de raison que ces fringales incontrôlées ne prennent pas fin.

Mais vous n’y arrivez pas.

Vous avez un sentiment d’échec. Vous n’aimez pas votre corps et pourtant vous vous sentez incapable de lutter contre ces envies irrépressibles de manger. Les aliments sont devenus une obsession, une « faiblesse »

Prenons deux minutes pour relire ces dernières phrases : 

Manque de volonté, discipline, contrôle. 

Ne pas y arriver, échouer, faiblesse. 

Tous ces mots super négatifs qui tournent dans votre tête…

Comment ne pas finir par « criser » lorsque des phrases aussi cruelles tournent en boucle dans son esprit ?

Un peu de douceur dans ce monde de brutes

Vous êtes une belle personne, pleine de ressources. 

Félicitations car vous avez trouvé une solution pour rendre supportable quelque chose qui ne l’était pas. Les compulsions alimentaires sont le moyen que vous avez créé pour appuyer sur le bouton stop. 

Peut-être

  • avez-vous appris à rester souriant-e quoiqu’il arrive, à réprimer vos émotions au point de ne même plus les distinguer, puis à les anesthésier avec les outils à votre disposition,
  • avez grandi avec une conception diabolisée de la colère et le meilleur moyen selon de la réduire au silence était de mordre dans un aliment,
  • que le biberon a été LA solution à tous vos pleurs de bébé,
  • que le sucre est la seule chose qui vient adoucir l’immense tristesse que vous cause l’ennui ou la solitude.

Cela a longtemps marché. Si vos crises vous compliquent la vie aujourd’hui, sachez qu’elles ont commencé pour la faciliter. 

Les bénéfices secondaires des compulsions alimentaires

Prenons un instant pour y réfléchir. Vos compulsions alimentaires vous ont-elles aidé à :

  • baisser le son de pensées auto-dévaluatrices qui criaient à tue-tête intérieurement ?
  • traverser des périodes difficiles ?
  • adoucir de violentes émotions ?
  • réduire votre anxiété ?

Elles comportent un ensemble de bénéfices secondaires inconscients ou inavouables. Elles sont une forme de doudous, parfois la promesse d’un moment de plaisir à soi-même. Il pourrait être intéressant de vous poser la question.

Quelles sont selon vous les émotions que la nourriture vient éteindre ?

Le voir écrit noir sur blanc aide de nombreuses personnes à comprendre le mécanisme qui les habite. A relire ces situations différemment. Si vous n’êtes pas prêt.e et que cette question est trop douloureuse, c’est complètement OK. L’idée ici est avant tout de vous apprendre à vous écouter, prendre soin de vous et de vos besoins.

Vous n’êtes pas anormale.

En réalité, manger pour des raisons émotionnelles est le lot commun de l’humanité. 

Manger un plat de sa région d’origine apporte réconfort à l’exilé. 

Manger un plat de son enfance rend le sourire à bien des adultes nostalgiques.

Cela nous renvoie à une des fonctions la plus naturelle et la plus heureuse de la nourriture : la production d’un réconfort. La prise de nourriture permet de faire baisser la concentration sanguine des marqueurs biologiques du stress : adrénaline et cortisol. En d’autres termes, en choisissant des nourritures que vous appréciez, vous activez ce que l’on appelle aujourd’hui vos systèmes récompensants (endorphines, dopamine). 

L’effet apaisant de la nourriture que l’on aime est une réponse biologique bien connue de votre corps. C’est précisément ce qui est recherché aux moments des compulsions alimentaires. 

Faudrait-il encore que vous puissiez en profiter pleinement sans être assailli-e de pensées culpabilisantes et jugeantes vis-à-vis de votre comportement.

L’auto-compassion : première étape pour sortir des compulsions alimentaires

Nous sommes nombreux.ses à êtes concerné.e.s par le cercle vicieux de l’auto-flagellation.

Nous serions des personnes « faibles, trop gourmandes, fainéantes, manquant cruellement de discipline ». Quelle que soit notre morphologie, nous intériorisons les préjugés que nous avons à l’égard des personnes grosses.

Mais est-ce que ça fonctionne ?
Est-ce que “vous culpabiliser” vous permet d’avoir “moins de compulsions alimentaires” ?

Ou au contraire est-ce que vous mangez encore plus pour fuir la culpabilité d’avoir mangé à la base ? 

Imaginez que votre meilleure amie fasse un accident de voiture. Est-ce que vous commenceriez par lui dire que c’est de sa faute ?  Que c’est bien fait pour elle ? 

Vous la prendriez sûrement dans vos bras, si cela était possible, et lui diriez à quel point vous l’aimez et à quel point vous êtes soulagé.e de savoir qu’elle va bien.

Et si vous faisiez pareil pour vous-même ? Un câlin, quelques mots d’amour.

Si l’on mange à s’en rendre malade, c’est en général que nous traversons déjà quelque chose de difficile.

Nous avons avant tout besoin de nous consoler, pas de nous juger.

Ce sont des pensées méchantes à l’égard de nous-même qui génèrent de nouvelles compulsions. Cela ne diminuera certainement pas sans un minimum d’auto-compassion. 

De la volonté vous en avez à revendre ! 

Pensez à tous ces régimes que vous avez essayés, à toutes ces choses que vous avez mis en place. A toutes ces fois où vous avez recommencé malgré les échecs. Cette persévérance qui qui vous a habité. Si cela ne marche pas pour 95% des personnes qui reprennent le poids perdu dans les 5 ans, c’est tout simplement parce que contrôler son alimentation n’est pas une solution viable à terme. 

L’alimentation intuitive vous aide à déconstruire vos schémas de pensées à l’origine de vos compulsions. Dans ces conditions, le meilleur moyen de ne plus se sentir coupable d’enfreindre une règle est de ne plus maintenir la règle en vigueur. Ne vous fiez pas au mot « intuitif ». Il est une référence à l’enfant que nous avons été. Celui qui mangeait sans se poser mille questions sur l’heure du repas ou sa charge calorique. Il n’est hélas en aucun cas synonyme de facilité. 

Avec les règles que notre société a construite autour de l’alimentation, manger est devenu quelque chose de compliqué, émotionnel voire douloureux. 

Un nouveau regard sur vos compulsions alimentaires

Nous pensons souvent être prisonnier.e de notre envie de manger alors que c’est notre envie de NE PAS MANGER qui nous enferme. Il s’agit ici d’envisager une solution réaliste pour aller mieux. Si vous avez une journée difficile et qu’en rentrant le soir, vous avez une envie irrépressible de chocolat, nous nous invitons à le manger (oui oui !).

  • Manger des bâtons de carotte ou boire de l’eau à la place n’éteindra pas votre envie de chocolat,
  • Ne pas combler cette envie maintenant donnera simplement lieu à une envie plus forte voire irrépressible plus tard,
  • Vous autoriser à manger l’aliment qui vous fait envie a un effet bien plus apaisant que les compulsions faites dans la culpabilité,
  • Essayez simplement de vous concentrer sur cette prise alimentaire pour en apprécier les bienfaits au maximum.

Vous méritez le réconfort que vous cherchez.

Même si le titre de cet article peut-être “trompeur” vous vous en doutez, il n’y a pas de solution miracle pour “arrêter les compulsions alimentaires” du jour au lendemain. Nous vous proposons de porter un nouveau regard sur ces compulsions alimentaires pour aller mieux, petit à petit. 

Vous avez déjà essayé la culpabilité.

Sans succès.

Alors la prochaine fois que vous aurez une compulsion alimentaires, voici ce que vous pouvez essayer.

Prenez-vous dans les bras et dites vous que c’est le seul moyen que vous connaissez aujourd’hui pour gérer vos émotions. Et que même si ça n’est pas parfait, ça vous permet tout de même de vous apaiser sur le moment. Vous faites de votre mieux, là tout de suite, et ça ne veut pas dire que vous ferez comme ça toute votre vie. 

Cela veut juste dire que la compassion envers vous-même a pour le moment plus de chance de vous aider à développer de nouveaux moyens de gérer vos émotions et de prendre soin de vous.