Si vous avez des compulsions alimentaires vous vous demandez peut-être :
“est-ce que j’ai un trouble alimentaire ?”

Vous mangez parfois de manière compulsive, de grandes quantités,
sans faim et sans réussir à vous arrêter.
La plupart du temps quand vous vous retrouvez seule.

Ou alors, vous mangez de manière compulsive pendant les repas.
Vous mangez souvent plus que votre faim, sans réussir à vous arrêter,
vous sentez que vous perdez le contrôle.

Quand on a des compulsions alimentaires, le premier réflexe est de se dire :
“je suis gourmande” ou “je mange mes émotions”.

On se sent perdue face à nos comportements.

Avoir des compulsions alimentaires ne veut pas forcément dire “avoir un trouble alimentaire”.
Beaucoup de femmes ont des compulsions alimentaires, liées à leur mauvaise relation avec la nourriture.

« Avoir une mauvaise relation avec la nourriture » est différent de « avoir un trouble alimentaire. ».
⠀⠀
La plupart des femmes heureusement n’ont pas un trouble alimentaire,
mais « juste » une mauvaise relation avec la nourriture.
Le trouble alimentaire est généralement plus ancré et nécessite une aide psychologique.
(l’hyperphagie est un exemple de trouble alimentaire)

Pour comprendre la différence entre une mauvaise et une bonne relation avec la nourriture,
nous allons définir deux types de mangeurs.
⠀⠀
Le mangeur intuitif (bonne relation avec la nourriture)
Mange de manière « consciente », quand il a faim,
et s’arrête quand il est confortablement rempli, la plupart du temps.
Il n’éprouve aucune culpabilité à manger.
⠀⠀
Le mangeur “restreint” (mauvaise relation avec la nourriture)
Mange quand il s’ennuie ou se sent seul, mange souvent ses émotions.
Est éloigné de ses sensations de faim et de satiété. Mange parfois de manière compulsive.
Se prive / se restreint de certains aliments dans le but de manipuler son poids.

Les troubles alimentaires commencent souvent par une « mauvaise relation avec la nourriture » qui s’empire.
Mais ça n’est pas toujours le cas.
Parfois ça n’a même rien à voir.
(un traumatisme psychologique peut entrainer un trouble alimentaire par exemple)
⠀⠀
Notre message ici est que :
Si vous avez « juste » une mauvaise relation avec la nourriture,
vous méritez déjà de soigner cette relation et de faire la paix avec la nourriture.

Vous méritez d’avoir une relation sereine avec la nourriture,
de pouvoir faire confiance à votre corps et votre cerveau.
Sans avoir besoin de vous contrôler de manière obsessionnelle pour éviter de vous jeter sur le paquet de cookies.

Note : seul un psychologue est habilité à diagnostiquer un trouble alimentaire.
Cet article est là pour vous éclairer mais il ne sert en aucun cas à faire votre auto-diagnostic.
Les troubles alimentaires sont complexes et nous vous encourageons à vous faire accompagner par un psychologue si vous en ressentez le besoin. Nous comprenons qu’il peut être difficile de faire cette démarche,
mais rassurez vous il n’y a aucune honte à se faire aider, c’est leur métier 😊