Manger en pleine conscience (ou l’alimentation consciente) est un concept qui a le vent en poupe.

C’est formidable que de plus en plus de personnes s’intéressent à l’alimentation consciente. Mais il semble y avoir de nombreuses incompréhensions sur ce que signifie réellement la pleine conscience.

Alors, qu’est-ce que manger en pleine conscience ?

Voici la définition du “Center for Mindful Eating” (organisme officiel de l’alimentation consciente) :

  • Vous autoriser à prendre conscience des opportunités positives et enrichissantes qui sont disponibles par la sélection et la préparation des aliments, en respectant vos propres sensations.
  • Utiliser tous vos sens pour choisir des aliments qui sont à la fois satisfaisant pour vous et nourrissant pour votre corps.
  • Reconnaître vos réactions à la nourriture (j’aime, je n’aime pas ou neutre), sans porter de jugement.
  • Reconnaitre vos sensations physiques de faim et de satiété et savoir y répondre pour vous guider dans la décision de commencer et d’arrêter de manger.

En d’autres termes, une alimentation consciente, c’est être conscient, présent et ne pas porter de jugement pendant toute l’expérience alimentaire.

Il s’agit d’apprendre à écouter, à faire confiance et à respecter vos sensations intérieures. Et ça commence dès le choix des aliments et leur préparation, jusqu’à l’environnement dans lequel vous mangez.
Ce ne concerne pas seulement la nourriture et l’acte de manger.

On entend de plus en plus parler de “manger en conscience”, alors il est important de rappeler 3 incompréhensions qui peuvent justement nous empêcher de manger en étant présent.

1. Manger en pensant à ce qu’on mange

Souvent, les gens interprètent mal l’expression « manger consciemment » et pensent qu’il faut manger “en pensant à ce qu’on mange”. Le résultat c’est qu’on finit par manger en pensant trop à la nourriture et l’alimentation.

Quand nous pensons trop à ce qu’on mange, nos pensées sont susceptibles de nous distraire de l’engagement total dans l’expérience alimentaire. Il devient donc difficile d’être présent.

Cela ne veut pas dire que nous ne sommes pas autorisés à penser.
Il s’agit plutôt de pouvoir séparer nos pensées de ce que nous vivons.
Une pratique régulière de méditation consciente peut être utile pour pratiquer cette compétence.

2. Manger lentement

Souvent, lorsqu’on enseigne aux gens à manger en pleine conscience, on leur donne des tactiques pour manger plus lentement, comme mâcher la nourriture, poser la fourchette entre les bouchées, utiliser des baguettes et “savourer chaque bouchée.

Manger lentement peut absolument faire partie d’une alimentation consciente, mais cela va bien au-delà du comportement.
Manger consciemment est plus une question d’état d’esprit et d’intention.

Manger lentement peut vous aider à être plus présent et conscient, mais il est possible de s’engager dans une alimentation consciente, sans pour autant manger lentement. Et il est aussi possible de manger lentement, sans pour autant réussir à être “présent”.

Essayez de vous exercer à “manger avec curiosité” :

  • que ressentez vous quand vous mangez ?
  • quelles sont les pensées et les émotions qui surgissent lorsque vous choisissez, préparez et mangez tel ou tel aliment ?

3. Manger moins

L’incompréhension qui revient le plus concernant l’alimentation consciente est qu’elle vous aidera à manger moins. Ça n’est ni vrai, ni l’objectif.

Cela reflète la façon dont notre société mélange le poids et la santé : “si c’est bon pour nous, ça doit nous aider à perdre du poids”.

Il y a même des “régimes de pleine conscience”, des “méditations pour la perte de poids”, et même des études scientifiques qui font le lien entre “manger en pleine conscience” et “perte de poids”.

Leur théorie est que si nous mangeons “en conscience”, nous avons besoin de moins de nourriture pour être satisfait, et donc nous perdons du poids.

La position du “Center for Mindful Eating” est claire à ce sujet. Il se peut que “manger en conscience” vous fasse perdre du poids, rester au même poids, ou même en prendre. Il y a différents facteurs qui agissent sur notre poids, dont certains que nous ne contrôlons pas du tout (les hormones par exemple).

Manger en pleine conscience, c’est surtout “être dans le moment présent”

Si nous avons un objectif en tête comme : “manger moins”, “perdre du poids” ou même juste “se sentir mieux”. Cet objectif nous distrait et nous empêche d’être réellement présent. Il peut aussi être difficile de ne pas être “dans le jugement” et critique envers nous-même si manger en conscience ne produit pas l’effet auquel on s’attend.

Au lieu de ça, soyez curieux, voyez l’alimentation consciente comme une expérience scientifique. Faites l’expérience et observez ce qu’il se passe au fur à mesure.

Si vous attendez un résultat précis, vos observations seront biaisées dès le départ par votre conclusion.
Faites l’expérience, observez, et voyez le résultat, sans jugement.

Note : ce texte est une traduction de cet excellent article de Vincci Tsui (nutritionniste Canadienne spécialisée en alimentation intuitive).